UNE ANNEE A L’ETRANGER APRES LE BAC ? POURQUOI PAS !

Posté par: In: so-reussite 26 juin 2015 Commentaires: 0

Partir une année à l’étranger, juste après le bac, peut être une solution pour les élèves ne sachant quelle voie d’orientation choisir, ou dont les choix retenus par APB correspondent à un « plan B » et non aux filières qu’ils souhaitent intégrer pour accéder à leur projet professionnel.

Cette année « de transition » peut en effet permettre à ces élèves de mener une réflexion supplémentaire afin de clarifier leur projet personnel et professionnel en élargissant leur horizon, tout en leur apportant autonomie, maturité et maîtrise d’une langue étrangère.

En effet, découvrir et s’adapter à d’autres habitudes de vie, évoluer dans une langue qu’on ne maîtrise pas, gérer un budget, résister aux moments de spleen, se recréer un groupe d’amis : autant de défis qui vont permettre à ces élèves de se découvrir des ressources, voire des talents, insoupçonnés !

 

Mais que faire pendant ce séjour, comment le valoriser dans son parcours et surtout anticiper son retour ?

Pour que cette expérience soit la plus bénéfique possible et qu’elle permette aux étudiants de valoriser cette étape de leur parcours comme un élément majeur de leur CV, il faut impérativement que ce voyage ait un objectif précis : se perfectionner en langue, se former dans un établissement scolaire étranger, s’engager pour une cause, faire un stage ou se faire embaucher pour découvrir le monde professionnel …

En effet, une année de transition à l’étranger ne doit pas être synonyme de vacances ! Si l’étudiant part juste pour « le fun », il va pouvoir difficilement argumenter sur l’intérêt de ce voyage au regard des études supérieures qu’il va vouloir entamer en France à son retour.

A ce titre, l’étudiant ne devra pas oublier de s’inscrire sur APB durant son séjour à l’étranger s’il souhaite poursuivre des études supérieures en France à son retour. Tout en sachant que la procédure APB accordera la priorité aux élèves passant le bac la même année.

Par ailleurs, si il souhaite intégrer une filière accessible par concours, il ne devra pas perdre de vue qu’il devra revenir en France pour passer les épreuves écrites puis orales. Et qu’il lui faudra préparer ces concours tout au long de l’année, ce qui, à l’étranger, nécessitera une bonne dose d’organisation et de motivation !

 

Attention aux candidats des filières sélectives pour lesquelles la priorité est donnée aux bacheliers de l’année. En effet, les jurys de sélection considèrent fréquemment qu’un candidat parti une année à l’étranger après son Bac est certes meilleur en langue mais moins bon dans la plupart des autres matières, puisqu’il a « décroché » depuis un an ! Il faudra d’autant plus valoriser au maximum cette expérience à l’étranger et convaincre le jury que cette année à l’étranger distingue l’élève des autres candidats. Arguments à préparer : pourquoi le candidat a décidé de partir, comment il a ficelé son budget et déterminé son projet, quels enrichissements personnels cette expérience lui a apporté et quelles compétences elle vous a permis de développer : autonomie, capacité à mener un projet, à anticiper, audace, curiosité, adaptabilité …

 

Dans tous les cas, le plus difficile sera de convaincre les parents du bien-fondé de cette année à l’étranger qui reste très marginale en France … puisqu’elle ne concerne que 2% des bacheliers !

Laissez un commentaire !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Sujets liés