GENERATION Z : UN NOUVEAU TYPE D’ELEVES ?

Posté par: In: so-reussite 03 nov 2014 Commentaires: 0

Après les générations X et Y, voici venu le temps de la « Génération Z ».

Cette génération désigne l’ensemble des enfants nés à partir de 1995, qui a ouvert les yeux et a grandi entouré d’écrans, avec les technologies de l’information, Internet et les réseaux sociaux. Cette génération n’a jamais vécu sans Google (1998), Facebook (2004), YouTube (2005), iPhone (2006) ou Twitter (2006).

Le numérique a envahi la vie de ces enfants, que ce soit pour communiquer, s’informer, étudier, se divertir, jouer, consulter, rencontrer, ou acheter et vendre.
Le numérique, de simple outil pour la génération Y, est devenu une véritable culture pour les Z, avec ses langages, ses contenus, ses rites et ses valeurs.

Avec les possibilités infinies des réseaux sociaux, le regard en instantané sur le monde que permet Internet et la confrontation directe au monde des adultes, les enfants de la génération Z ont comme grandi plus vite par rapport à ceux du même âge des générations précédentes.
Les élèves de la génération Z sont-ils les mêmes que ceux de la génération Y ?

 

A – Des élèves plus matures et surinformés

Les enfants de la génération Z sont les représentants d’une génération surinformée et hypersensibilisée au monde qui l’entoure et à ses réalités, aussi bien économiques que géopolitiques, sociétales ou environnementales. Une spécificité qui place ces jeunes très loin devant ceux des générations précédentes en terme de maturité.

Par ailleurs, l’expérience vécue est remplacée par le virtuel, qui permet de connaître le monde entier sans être allé nulle part. Ils ne font plus seulement l’expérience de la marche avec leurs jambes, ils peuvent courir, sauter, voler d’un coup de joystick. Ils peuvent faire du foot, du golf, du tennis … en transpirant sur leur manette Wii, et même conduire une voiture de course alors qu’ils n’ont pas encore le permis de conduire.

 

B – Un nouveau rapport au savoir

L’école n’est plus le seul vecteur du savoir : non seulement, les élèves ont un accès illimité , à tout moment, et quel que soit l’endroit où ils se trouvent, à l’information et aux matières enseignées à l’école sur leurs ordinateurs, tablettes ou smartphones, mais nous assistons également à une explosion de nouvelles formules pédagogiques offertes par le numérique : Mobile-learning, MOOCs, Digital Learning, Serious Game, réalité augmentée …

 

C – Une modification de la relation pédagogique

L’arrivée des nouvelles technologies et la multiplicité des sources de connaissance modifient également le rapport de l’enseignant avec ses élèves de manière structurelle : celui-ci perd sa place d’unique détenteur des connaissances, puisqu’il n’est plus forcément en position de savoir plus, et avant les élèves.

Par ailleurs, le modèle du cours magistral en ressort également fragilisé, puisque les élèves ne veulent plus venir en cours assister à une intervention linéaire d’un enseignant sur un sujet qu’ils peuvent trouver sur Internet, sans aucune plus-value apportée par cet enseignant.

 

D – De nouvelles capacités cognitives

Il apparaît que, comme il s’est adapté à l’écriture ou à la lecture de textes imprimés, le cerveau s’adapte aujourd’hui aux écrans. Les outils numériques peuvent ainsi développer certaines capacités cognitives … sous réserve d’un usage approprié. Ainsi, d’un point de vue strictement cognitif, les nouvelles technologies numériques sont des outils d’une puissance inédite pour mettre le cerveau en mode hypothético-déductif et explorer toutes les possibilités offertes.

Des études de psychologie expérimentale confirment ainsi que la pratique de jeux vidéos d’actions par exemple, améliore les capacités d’attention visuelle des adolescents (identification de cibles, flexibilité, attention simultanée à plusieurs choses), et permet de développer des conséquences de rapidité, de logique, de résolution de problèmes, ou d’améliorer l’attention sélective et la capacité de contrôle.

 

Tout le savoir est désormais disponible et objectivé, accessible à tous et à tout moment, et n’est plus concentré dans un lieu unique (école, amphi, campus). Les élèves peuvent le consulter en tous les lieux où ils se déplacent, à n’importe quelle heure de la journée. Ils ont ainsi le sentiment de ne plus avoir besoin de l’école pour s’ouvrir au monde et se socialiser !

Pourtant, on constate que les programmes scolaires restent toujours articulés autour des mêmes disciplines académiques et la forme scolaire reste, quant à elle, trop souvent axée sur un enseignement magistral de contenus. Alors même que les enfants d’aujourd’hui sont dans une époque très stimulante pour le cerveau, grâce à tous les nouveaux outils technologiques, on les veut assis et silencieux !

Or, si l’école ne répond pas aux attentes des élèves de la génération Z et si elle ne propose pas d’innovations pédagogiques propres à stimuler et motiver ces élèves, ceux-ci auront de plus en plus de difficulté à donner du sens à leurs études.
De nouveaux enjeux sont donc en train d’émerger pour les acteurs de l’accompagnement à la scolarité, et notamment les coachs scolaires, qui proposent, aux côtés de l’école, l’appui et les ressources dont les enfants ont besoin pour réussir à l’école et qu’ils contribuent plus que jamais à l’épanouissement personnel de chaque élève.

Laissez un commentaire !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Sujets liés